Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 09:30

Photos : @lsemo

Texte : citation de André Rouillé (suivre le lien pour lire le texte intégral)

 

furetage 3447 w

 (Musée des Abattoirs - 02/12/2012 - 17 h 02) 

 

 

 "[...}]Le noir occupe une place à part.

Ce n'est pas vraiment une couleur comme les autres.
C'est même une couleur maudite, qui s'est vue, durant trois siècles,

dénier sa réalité de couleur par l'ordre chromatique newtonien.

Le noir s'est aussi compromis dans l'utilité

en accompagnant les premières périodes

de tous les grands moyens industriels

de diffusion des images et des textes : 

la presse, la photographie, le cinéma, la télévision.

Mais surtout, le noir est en Occident écartelé

par une très ambivalente symbolique entre,

d'un côté, les sphères positives de l'élégance et de la sobriété,

de la rigueur et de l'autorité, et,

d'un autre côté, les confins funestes de la tristesse,

du deuil, du péché, de l'enfer, et bien sûr de la mort.
C'est par cette ambivalence, entre ombre et lumière,

que le noir attire ou repousse,

mais toujours fascine.

En particulier les artistes."

 

 

Extrait de l'éditorial de André Rouillé
du 09 mai 2013 (N° 415)
sur paris-art.com :

 

http://www.paris-art.com/art-culture-France/le-monde-en-noir/rouille-andre/415.html#haut

 

 Elmar Trenkwalder (WVZ 190 - 2007) 2 w

 (Musée des Abattoirs - 07/08/2011 - 10 h 45)

 Elmar Trenkwalder (WVZ 190 - 2007) 1 w

   "WVZ 190" (Elmar Trenkwalder - 2007)

 

 

 

 .../...

 

Partager cet article

Repost0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:35

"Katharina Blues"

 

Katharina Blues 1 w

 Katharina Blues 2 w

  

(Collection personnelle - 1996)

 

.../...

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 11:49

"Qui ne sait que la nuit a des puissances telles,

Que les femmes y sont, comme les fleurs, plus belles"

 

Alfred de Musset (1810-1857)

 

hot spring w

 "Hot Spring"

Acrylique sur toile

(70 x 90 cm) 2013

 

 

 

 Détails :hot spring détail 2 w

 hot spring détail 1 w

 

 

 .../...

 

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 09:45

Une sélection personnelle

du musée des Abattoirs de Toulouse,

photographiée par moi-même en 2011 :

 

 

Karel Appel (Le chat - 1951) 2 w

Karel Appel (Le chat - 1951) 

 

Antonio Saura (---) 2 w

Antonio Saura ( # 1959) 

 

Antonio Saura (Cura 3 - 1959) w

 Antonio Saura (Cura 3 - 1959)

 

Jan fabre (Anthropologie d'une Planète, étude III - 2008)

Jan Fabre (Anthropologie d'une Planète, étude III - 2008) 

 

 Ousmane Sow (Les Noubas, 1984-1987, Dakar) 2 2 w

 Ousmane Sow (Les Noubas, 1984-1987, Dakar)

 

 Soulages Pierre (Peinture - 1959) 2 w

 Soulages Pierre (Peinture - 1959)

 

 

 .../...

 

 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 18:42
"Tout accable Eve.
Depuis, elle paie le prix fort."

Pour lire le début de l'article :
 
 
"Pour autant, récemment accouchée,
la mère juive entre dans un cycle d'impureté.
Le sang, toujours le sang.
Dans le cas d'un fils, l'interdiction d'entrer
dans le sanctuaire est de quarante jours ;
pour les filles : soi¬xante ! Dixit le Lévitique...
On connaît la prière juive du matin
qui invite chaque homme à bénir Dieu
dans la journée pour l'avoir fait juif,
non esclave et...
pas femme (Men. 43 b) !
On n'ignore pas non plus que le Coran
ne condamne pas explicitement la tradition tri¬bale pré-islamique
qui justifie la honte de devenir père d'une fille
et légitime l'interrogation :
conserver l'en¬fant
ou l’enfouir sous la poussière (XVI, 58) ?
(La par¬tiale édition de la Pléiade précise en note,
pour atténuer la barbarie probablement,
que c'est par crainte de la pauvreté
- et quand bien même !)."
Clovis Trouille) Religieuse 2 n&b w
 (D'après une peinture de Clovis Trouille)
 
 "De leur côté, joyeux drilles,
les chrétiens soumettent à la discussion
au concile de Mâcon, en 585, le livre d'Alcidalus Valeus intitulé :
"Dissertation paradoxale où l'on essaie de prouver
que les femmes ne sont pas des créatures humaines"...
On ne sait où est le paradoxe (!),
ni si l'essai fut transformé,
pas plus si Alcidalus a conquis son public de hiérarques chrétiens
déjà acquis à sa cause
- il suffit de souscrire aux innombrables imprécations misogynes de Paul de Tarse...
-, mais la prévention de l’église à l’endroit des femmes
reste d’une sinistre actualité."
 
Extrait du «Traité d'athéologie»
de Michel Onfray
Edition "Le livre de poche" (p 143 à 146)
 
 
Lire également l'article en deux parties "Haro sur l'intelligence" (1) et (2)
également fondé sur une citation de l'ouvrage de Michel Onfray sus-cité.
A retrouver par ici :
.../...
 
 

Partager cet article

Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 19:03

 

« Faut-il voir dans la haine des femmes

commune au judaïsme, au christianisme et à l’islam,

la conséquence logique de la haine de l’intelligence ? »

 

 

Nouvel extrait du «Traité d'athéologie»

de Michel Onfray

Edition "Le livre de poche" (p 143 à 146)

 

 

« Les religions du Livre détestent les femmes :

elles n'aiment que les mères et les épouses.

Pour les sauver de leur négativité consubstantielle,

il n'y a pour elles que deux solutions - en fait une en deux temps -,

épou¬ser un homme,

puis lui donner des enfants.

Quand elles s'occupent de leur mari, lui font la cuisine,

règlent les problèmes du foyer,

quand elles ajoutent à cela la nour¬riture des enfants,

leurs soins, leur éducation,

il ne reste plus de place pour le féminin en elles :

l'épouse et la mère tuent la femme,

ce sur quoi comptent les rabbins, les prêtres et les imams

pour la tranquillité du mâle."

 

Jean Osipyan w

 (D'après une photographie de Jean Osipyan)

 

 

"Le judéo-christianisme défend l'idée qu'Eve - elle existe dans le Coran

comme femme d'Adam, certes, mais n'est jamais nommée, un signe...

l'innommée est innommable ! - a été créée secondairement (sourate III, 1), accessoirement, à partir de la côte d'Adam (Gen. II, 22) !

Un bas morceau détourné du corps princeps.

D'abord le mâle, ensuite, comme fragment déta¬ché, relief, miette :

la femelle.

L'ordre d'arrivée,

la modalité existentielle participative,

la responsabilité de la faute,

tout accable Eve.

Depuis, elle paie le prix fort."

 

 Raul Eduardo n&b w

 (D'après une photographie de Raul Eduardo)

 

 

"Son corps est maudit, et elle aussi dans sa totalité.

L'ovule non fécondé exacerbe le féminin en creux,

par négation de la mère.

D'où l'impureté des règles.

Le sang menstruel présente également le danger des périodes d'infécondité.

Une femme stérile, inféconde, voilà le pire oxymore pour un monothéiste !

Et puis cette période est sans danger pour la maternité,

on ne risque pas la grossesse,

la sexualité peut donc être dissociée de la crainte,

puis pratiquée pour elle-même.

La poten¬tialité d'une sexualité découplée de l'engendrement,

donc d'une sexualité pure,

d'une pure sexualité,

voilà le mal absolu. » 

 

 

    Pour lire la suite de cet article :

 

http://alsemo.over-blog.com/article-pour-en-finir-avec-les-femmes-2-117173847.html

 

 

 Cet artcle est la suite de la publication en deux parties intitulée "Haro sur l'intelligence" (1) et (2),

également fondée sur une large citation de l'ouvrage de Michel Onfray sus-cité.

 

A retrouver par ici :

http://alsemo.over-blog.com/article-haro-sur-l-intelligence-116991336.html

http://alsemo.over-blog.com/article-haro-sur-l-intelligence-2-117020167.html

 

 

 

.../...

 

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 18:20

Le printemps est enfin là

La vie explose

Son désordre coloré

 

printemps 1 2 w

 paquerette 3 w

 printemps 2 2 w

 

 .../...

 

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 18:16

Acrylique sur toile

(80 x 100 cm)

2013

 

fade to grey 2 w

 

 .../...

 

 

Partager cet article

Repost0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 22:20

 

 

Pour lire le début de l'article :

 

http://alsemo.over-blog.com/article-haro-sur-l-intelligence-116991336.html

 

 

"Qu'y a-t-il dans le dossier de cette histoire ?

Un Dieu qui interdit au couple primordial

la consommation du fruit de l'arbre de la connaissance.

A l'évidence, nous sommes dans la métaphore.

Il faut les Pères de l'Eglise pour sexualiser cette histoire, car le texte est clair : manger ce fruit dessille et permet de distinguer le bien du mal,

donc d'être semblable à Dieu.

Un verset parle d'un arbre désirable pour acquérir l'intelligence (III, 6).

Passer outre au diktat de Dieu, c'est préférer le savoir à l'obéissance,

vouloir connaître plutôt que se soumettre.

Disons-le autrement : opter pour la philosophie contre la religion.

 

Que signifie cet interdit de l'intelligence ?

On peut tout dans ce Jardin magnifique,

mais pas devenir intelligent - l'arbre de la connaissance -

ni immortel - l'arbre de vie ?

Quel destin Dieu réserve donc aux hommes :

l'imbécillité et la mortalité ?

Il faut imaginer un Dieu pervers pour offrir ce cadeau à ses créatures...

Célébrons donc Eve qui opte pour l'intelligence au prix de la mort

quand Adam ne saisit pas tout de suite les enjeux du moment paradisiaque : l'éternelle félicité de l'imbécile heureux !"

 

Electricité Tactile w

"Electricité tactile"

(80 x 100 cm)

2012

 

"Que découvrent ces malheureux, la dame ayant croqué du fruit sublime ?

Le réel.

Le réel et rien d'autre :

la nudité, leur part naturelle,

mais aussi, et depuis cette fraîche acquisition du savoir,

leur part culturelle, du moins ses potentialités

via la création d'un pagne avec feuilles de figuier - et non de vigne...

Et encore : la rudesse du quotidien, le tragique de tout destin,

la brutalité de la différence sexuelle,

l'abîme qui sépare pour toujours homme et femme,

l'impossibilité d'éviter le travail pénible,

la maternité douloureuse et la mort impériale.

Une fois affranchis, et pour éviter l'ajout de la transgression

qui permet d'accéder à la vie éternelle

- car l'arbre de vie côtoie l'arbre de la connaissance -,

 le Dieu un, décidément bon, doux, aimant, généreux,

expulse Adam et Eve du paradis.

Nous en sommes là depuis... 

 

 Leçon numéro un :

si l'on refuse l'illusion de la foi,

les consolations de Dieu et les fables de la religion,

si l'on préfère vouloir savoir

et qu'on opte pour la connaissance et l'intelligence,

alors le réel nous apparaît tel qu'il est, tragique.

Mais mieux vaut une vérité qui désespère tout de suite

et permet de ne pas perdre complètement sa vie

en la plaçant sous le signe du mort-vivant

qu'une histoire qui console sur le moment, certes,

mais fait passer à côté de notre seul vrai bien :

la vie ici et maintenant. »

 

 

 Extrait du « Traité d'athéologie » de Michel Onfray

Editions "Le livre de poche" (p 105-106)

 .../...

 

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 21:31

Extrait du «Traité d'athéologie»

de Michel Onfray

Edition "Le livre de poche" (p 104-105)

 

 

« Le monothéisme déteste l'intelligence,

cette vertu sublime que définit l'art de lier

ce qui, a priori, et pour la plupart, passe pour délié.

Elle rend possibles les causalités inattendues, mais vraies :

elle produit des explications rationnelles, convaincantes,

appuyées sur des raisonnements ; elle récuse toute fiction fabriquée.

Avec elle, on évite les mythes et les histoires pour les enfants.

Pas de paradis après la mort, d'âme sauvée ou damnée,

pas de Dieu qui sait tout et voit tout :

bien conduite, et selon l'ordre des raisons, l'intelligence,

a priori athée, empêche toute pensée magique."

 

I believe v2 w

 "I believe"

(86 x 114 cm)

2010

 

 

 "Les tenants de la loi mosaïque,

des fariboles christiques

et de leur clones coraniques

partagent la même fable sur l'origine de la négativité dans le monde :

dans la Genèse (III, 6) - commune à la Torah

et à l'Ancien Testament de la Bible chrétienne -,

et dans le Coran (II, 29),

on trouve la même histoire d'Adam et Eve

dans un Paradis où un Dieu interdit d'approcher un arbre

pendant qu'un démon invite à la désobéissance.

Version monothéiste du mythe grec de Pandore,

la première femme commet évidemment l'irréparable,

et son acte répand le mal sur toute la planète.

 

Ce récit, en temps normal tout juste bon

à grossir le rang des contes

ou des histoires à dormir debout,

a eu sur les civilisations des conséquences considérables !

Haine des femmes et de la chair,

culpabilité et désir de résipiscence,

quête d'une impossible réparation et soumission à la nécessité,

fascination pour la mort

et passion pour la douleur

- autant d'occasions d'activer la pulsion de mort." 

 

 

    Pour lire la suite de cet article : 

 

  http://alsemo.over-blog.com/article-haro-sur-l-intelligence-2-117020167.html

 

 

.../... 

Partager cet article

Repost0