Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 15:14

Retour au musée des Augustins de Toulouse qui avait intelligemment organisé

sa Nuit Européenne des Musées :

Déjà "Le Cauchemar" d'Eugène Thivier exibait toute la sensualité

 d'une jeune dormeuse rêveuse et inquiète (voir le billet précédent).

 

Dans le salon des peintures, ou les tableaux sont exposés "à l'ancienne",

recouvrant ses murs (très hauts les murs !) du sol au plafond,

on pouvait remarquer une autre oeuvre consacrée à la nudité féminine,

"Le Massage" d'Edouard Débat-Ponsan (1883) :

 

Le massage w

 

Rien à dire sur la qualité picturale de l'oeuvre, c'est de la belle ouvrage.

Pas besoin de lunettes 3D pour avoir l'impression que l'on pourait tâter la fraîcheur de la peau de la belle

rien qu'en avançant la main ! La faïence, marquée par l'humidité du lieu, nous renvoie les échos sonores du hammam, et la fontaine possède ce gris velouté que seules peuvent avoir les vieilles pierres calcaires.

 

Pourquoi parler de ce tableau alors, à part qu'il est assez plaisant à l'oeil,

malgré sans doute, son fond colonial, cette vigoureuse noire qui malaxe une blanche alanguie ?

 

Parce que, autres temps, autres moeurs,

ni l'une ni l'autre, dans leur simple nudité,

ne sont provocantes ni avilies,

alors que notre époque,

dans son retour aux corsets moralistes impérieux,

en vient à déplorer (avec humour) l'auto-censure

politiquement correcte qui sévit depuis quelques temps,

comme le fait une célèbre marque de chocolat :

 

pub suchard w

 

...

Partager cet article
Repost0

commentaires