Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 11:29

"Si l'on peut aujourd'hui faire art

avec n'importe quoi

et n'importe comment,
si l'indifférenciation rapproche certaines œuvres

au plus près des choses ordinaires,
si l'art ne transmet plus ni vérité

ni valeur transcendantes,

s'il n'est ni didactique

ni éthique,
s'il sombre, jusqu'à l'indécence parfois,

dans la marchandisation et la spéculation,
si, à l'encontre des utopies modernistes,

l'art n'est évidemment pas la vie,
alors,

à quoi bon défendre pour tous

un droit à la culture et à l'art,
à l'art contemporain. ?..."

"Qui a droit à l'art ?..."

Photo @lsemo

Capture d'écran avec Smartphone

(02-06-2016, 21 h 30)

"Tout simplement parce que, par delà ses dérives, ses excès, ses facilités, son hermétisme et son élitisme souvent, ses effets de mode et sa confiscation par les puissants du moment, l'art est encore l'un des rares lieux de résistance.

Lieu minuscule et vaste où, artiste ou spectateur, l'on peut - encore parfois - risquer l'expérience de s'affranchir des tyrannies contemporaines, et entrevoir d'autres mondes possibles.

Face au règne du nouveau - vide, compulsif et mercantile - de la mode et de la publicité ; face à la dictature de l'information réduite à la propagation de «mots d'ordre», de «devoir croire»; face à l'implacable efficacité des machines de pouvoir des sociétés de contrôle ; l'art oppose la force inouïe de l'inattendu, du non-reconnu, du non-reconnaissable.

De l'incontrôlable et de l'impossible.

Ce par quoi il est un point politique de résistance."

 

Texte de André Rouillé

Extrait de l'éditorial du 01-02-2013 sur paris-art.com 

http://www.paris-art.com/art-culture-France/qui-a-droit-a-l-art/rouille-andre/406.html#haut

 

.../...

Partager cet article

Repost0

commentaires